Israël prolonge la détention sans procès d’un journaliste palestinien

L’Orient le Jour avec AFP, lundi 21 novembre 2016

Les autorités israéliennes vont prolonger pour la troisième fois consécutive la détention sans procès ni inculpation d’un journaliste palestinien accusé d’appartenance à une "organisation terroriste", a indiqué lundi l’épouse du journaliste, Marlene Rabadi.

Omar Nazzal, cadre du Syndicat des journalistes palestiniens, a été arrêté le 23 avril à la frontière entre la Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël, et la Jordanie, d’où il devait prendre l’avion pour se rendre à un Congrès de la Fédération européenne des journalistes en Bosnie.

Les Palestiniens estiment qu’il s’agit d’une atteinte supplémentaire à la liberté de la presse de la part d’Israël et plusieurs organisations internationales ont appelé à la libération de M. Nazzal, 54 ans.

Son placement en détention administrative devait prendre fin mardi et "il devait être libéré, mais le tribunal nous a informé que sa détention serait de nouveau prolongée, sans nous dire pour combien de temps", a affirmé Mme Rabadi à l’AFP. Une audience de la justice militaire, la seule justice israélienne qui juge les Palestiniens des Territoires occupés, est prévue mercredi à l’issue de laquelle la nouvelle période de détention sera annoncée, a-t-elle ajouté.

L’armée israélienne assure que M. Nazzal est incarcéré "en raison de sa participation à une organisation terroriste" et non "pas du fait de ses activités en tant que journaliste".

Israël accuse M. Nazzal d’être impliqué dans "les activités d’un groupe terroriste (...), le Front populaire de libération" de la Palestine (FPLP), la gauche historique palestinienne.

La détention administrative —un régime extra-judiciaire hérité des lois d’urgence du mandat britannique sur la Palestine— permet à Israël de garder en détention des suspects pour des périodes renouvelables indéfiniment et sans avoir à leur notifier d’accusation ou à fournir le dossier à leur avocat.

L’Onu appelle régulièrement à "juger ou libérer immédiatement" les prisonniers placés par Israël en détention administrative et estime que leur nombre, plus de 700, a atteint cette année un record inégalé depuis huit ans.

Selon le Syndicat des journalistes palestiniens, outre M. Nazzal, 19 autres journalistes ou étudiants en journalisme sont détenus par Israël, dont l’un depuis plus de 20 ans.