Israël libère un journaliste palestinien qui avait fait une grève de la faim de 94 jours

L’Express avec AFP, samedi 21 mai 2016

Dura (Territoires palestiniens) - Israël a libéré jeudi le journaliste palestinien Mohammed al-Qiq qui avait observé une grève de la faim pendant plus de trois mois, selon un journaliste de l’AFP.

M. Qiq a retrouvé sa famille dans son village natal de Doura, près de Hébron, dans le sud de la Cisjordanie occupée, après sa libération de prison dans le sud d’Israël.

"Cette victoire prouve que l’occupation est fragile (...) et elle s’ajoute aux nombreuses victoires que le peuple palestinien accomplira avec plus de résilience", a-t-il affirmé aux journalistes.

Au terme d’un accord avec l’Etat hébreu, le journaliste avait accepté de s’alimenter en février après 94 jours de grève de la faim qu’il avait entamée pour protester contre sa détention sans procès, ainsi que "la torture et les mauvais traitements qu’il a subis pendant son interrogatoire", selon Addameer, une organisation palestinienne de défense des prisonniers.

M. Qiq avait été arrêté en novembre à son domicile à Ramallah, en Cisjordanie occupée, et placé en détention administrative, une mesure extrajudiciaire qui permet à Israël de détenir des suspects sans procès ni inculpation pour six mois renouvelables indéfiniment.

Il était accusé par la sécurité intérieure israélienne d’être membre actif de l’organisation islamiste Hamas, considérée comme "terroriste" par Israël, les Etats-Unis et l’Union européenne, mais le reporter de 34 ans de la chaîne de télévision saoudienne Al-Majd affirme, lui, ne se livrer qu’au journalisme.

Son cas avait été largement médiatisé et l’ONU avait exprimé sa préoccupation à son sujet.