Israël établit une commission pour identifier et expulser les militants du boycott

Une nouvelle commission cherchera à identifier les militants considérés par Israël comme soutenant le mouvement BDS, les expulser et leur interdire toute nouvelle entrée sur le territoire

Middle East Eye, vendredi 12 août 2016

Israël a annoncé dimanche un nouveau groupe de travail qui cherchera à suivre et éventuellement expulser les personnes qui soutiennent le boycott du pays en raison de son occupation persistante des territoires palestiniens.

Le ministre des Affaires stratégiques Gilad Erdan a annoncé cette nouvelle initiative aux côtés du ministre de l’Intérieur Aryé Dery.

Erdan a indiqué que les données seraient collectées sur les militants soupçonnés de soutenir le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), en vue d’expulser quiconque est un militant avéré du boycott et de lui refuser tout accès futur à Israël.

« [Ce groupe de travail] est une étape nécessaire à la lumière des intentions malveillantes de militants qui travaillent à répandre des mensonges et à déformer la vérité sur la réalité dans notre région », a déclaré Erdan.

« Il est de notre responsabilité de faire tout notre possible pour écraser tout boycott et indiquer clairement que nous ne permettrons pas qu’on s’attaque à l’État d’Israël. »

La déclaration poursuit en disant que les organisations qui soutiennent le boycott recueillent des informations afin de « délégitimer » Israël.

Le quotidien israélien Haaretz, citant une source gouvernementale anonyme, a rapporté qu’un certain nombre de militants avaient déjà été identifiés par le gouvernement et qu’ils étaient entrés en Israël en se faisant passer pour des touristes.

Traduction : Mise à jour FB du ministre israélien de la Sécurité publique appelant les citoyens à donner des informations sur les militants étrangers du BDS – Elizabeth Tsurkov (@Elizrael)

Le nouveau groupe de travail établira des critères en vertu desquels un activiste sera expulsé et interdit d’entrée future, selon la déclaration du gouvernement.

Sima Vaknin-Gil, directrice des Affaires stratégiques d’Israël, a déclaré plus tôt dimanche qu’Israël était considéré comme un État « paria » à travers le monde en raison de l’activisme contre son occupation des territoires palestiniens depuis bientôt 50 ans.

« Aujourd’hui, parmi les pays du monde, Israël est un État paria, a-t-elle déclaré. Notre objectif est qu’en 2025, personne dans le monde ne pose la question "Israël a-t-il le droit d’exister ?" »

Le mouvement BDS a été créé en 2005 pour renforcer la pression économique et politique sur Israël en faisant campagne pour un boycott mondial.

La campagne s’est calquée sur le modèle des campagnes de boycott dirigées contre l’ancien gouvernement de la minorité blanche d’Afrique du Sud, en faisant valoir que l’apartheid est reproduit par l’occupation israélienne des territoires palestiniens.

Les responsables israéliens ont régulièrement identifié le mouvement BDS comme une menace pour la sécurité nationale d’Israël.

Traduit de l’anglais (original) par VECTranslation