Israël : Elor Azaria condamné à dix-huit mois de prison pour la mort d’un Palestinien

Le soldat franco-israélien avait été filmé en mars 2016 alors qu’il tirait une balle dans la tête d’Abdel Fattah Al-Sharif, blessé, qui venait d’attaquer des soldats au couteau.

Le Monde avec AFP, mercredi 22 février 2017

Le soldat israélien Elor Azaria devant le tribunal militaire de Tel Aviv le 9 mai 2016. JACK GUEZ / AFP

Un tribunal militaire israélien a condamné à dix-huit mois de prison le soldat Elor Azaria, reconnu coupable d’homicide volontaire le 4 janvier, pour avoir tué un assaillant palestinien blessé et au sol en Cisjordanie occupée.

Le procureur du tribunal militaire qui l’a reconnu coupable avait réclamé entre trois et cinq ans de détention, alors qu’il encourait théoriquement jusqu’à vingt ans de prison. Le sergent franco-israélien, âgé de 21 ans, est le premier soldat israélien depuis 2005 à être condamné pour homicide, selon la presse.

Elor Azaria, membre d’une unité paramédicale, avait été filmé le 24 mars 2016 par un militant propalestinien de l’ONG israélienne B’Tselem alors qu’il tirait une balle dans la tête d’Abdel Fattah Al-Sharif, à Hébron, en Cisjordanie, un territoire palestinien occupé par Israël.

Le Palestinien venait d’attaquer des soldats au couteau. Atteint par plusieurs balles, il gisait au sol, apparemment hors d’état de nuire. Elor Azaria, arrêté immédiatement après les faits, plaidait non coupable. Il pensait que le Palestinien dissimulait sous ses vêtements une ceinture d’explosif, ont argué ses avocats.

Elor Azaria « a tué une personne, même s’il s’agissait d’un terroriste », avait argumenté le procureur militaire Nadav Weisman. Il avait demandé qu’Elor Azaria soit démis de son grade et que les mois passés assigné à sa base depuis son arrestation ne soient pas déduits de la peine.

Les Territoires palestiniens, Jérusalem et Israël étaient alors en proie à une vague de violences quasi quotidiennes. Elor Azaria pourrait avoir craqué sous la pression, ont déclaré des témoins à décharge.

Verdict dénoncé par la famille et des ONG

La famille d’Abdel Fattah Al-Sharif a dénoncé ce verdict. « Est-ce que c’était un animal pour qu’on le tue de la sorte, de cette manière barbare. Ce n’était pas un animal. C’était un être humain, tout comme » Elor Azaria, a dit Yousri Al-Sharif, le père d’Abdel Fattah Al-Sharif, sous un poster dédié au « martyre » de son fils. A ses côtés, Fathi, l’oncle du Palestinien tué, a dénoncé « une mascarade de procès ».

L’Autorité palestinienne a également dénoncé le verdict. Pour Tareq Richmaoui, porte-parole du gouvernement palestinien, une telle « peine légère » est un « accord » donné aux « crimes des militaires ». « La plupart des crimes et des exécutions sommaires de Palestiniens innocents — dont des femmes et des enfants — perpétrés par des soldats de l’occupation ne sont même pas portés devant la justice », a-t-il dit.

La peine infligée « ne reflète pas la gravité des faits », a abondé l’organisation de défense des droits humains Amnesty International. Les juges israéliens ont donné « un signal dangereux indiquant que les auteurs d’actes graves contre les Palestiniens sont protégés par le système », selon elle.

Hassan Jabarine, qui dirige Adalah, une ONG arabe israélienne de défense des droits humains, a estimé que ce procès était « exceptionnel en raison des charges retenues », dont celle d’homicide, mais « pas du tout exceptionnel en raison de son verdict minimal ».

« Envoyer Elor Azaria en prison pour le crime qu’il a commis constitue un message important quand il s’agit de contenir l’usage excessif de la force », a dit Human Rights Watch. « Mais les responsables israéliens devraient aussi dénoncer la rhétorique du tirer-pour-tuer que nombre d’entre eux ont promue, même quand il n’existe pas de menace de mort imminente ».

Bras de fer entre l’armée et les partisans du soldat Azaria

Ce contexte de tensions après des années de conflit non résolu et la litanie de morts qu’il a causée ont fortement contribué à diviser l’opinion israélienne devant le spectacle de ce procès ultramédiatisé.

D’un côté, ceux qui défendent le procès au nom du respect nécessaire de valeurs éthiques par l’armée. De l’autre, les tenants d’un soutien sans faille aux soldats confrontés aux attaques palestiniennes. Nombre d’Israéliens souscrivent aux propos qu’aurait tenus Elor Azaria avant de tirer et selon lesquels l’assaillant méritait de mourir.

Des dizaines de jeunes soutiens du soldat avaient affronté les policiers à l’extérieur du tribunal en janvier. D’éminentes personnalités politiques, y compris des membres du gouvernement, considéré comme le plus à droite de l’histoire du pays, se sont portées au secours du soldat Azaria.

De son côté, l’état-major a poussé au procès. Les forces de sécurité israéliennes sont régulièrement accusées d’exécutions sommaires, et il importait à une armée qui se veut « morale » d’en apporter la preuve.

L’affaire a mis à l’épreuve cette incontournable institution, réputée comme un facteur d’unité face aux menaces extérieures. Les messages haineux se sont multipliés sur les réseaux sociaux contre les trois juges, auxquels, selon les médias, l’armée a assigné des gardes du corps.

Revirement du premier ministre

L’armée a dû s’employer à faire taire une bruyante campagne selon laquelle les soldats pourraient être victimes d’un « effet Azaria » au point qu’ils auraient tardé à tirer, de peur de se retrouver devant les tribunaux, quand un Palestinien avait lancé son camion contre eux le 8 janvier à Jérusalem, faisant quatre morts.

Le premier ministre, Benyamin Nétanyahou, a commencé par soutenir l’état-major. Devant l’orientation prise par l’opinion, il a notablement modifié son propos. Après la condamnation d’Elor Azaria, il a dit souhaiter que le soldat bénéficie d’une grâce présidentielle. Plus de deux tiers (70 %) des Israéliens sont favorables à ce qu’Elor Azaria soit gracié, selon un récent sondage.