Hanan Ashrawi : sans la solution à deux-états, « pas d’espoir de paix pendant longtemps "

Devant l’annonce de milliers de logements dans les colonies et de signaux contradictoires de la part de la Maison Blanche après l’installation de Donald Trump, la solution à deux-états est-elle condamnée ? L’envoyé spécial Tim Sebastian a parlé à Hanan Ashrawi, membre de l’exécutif de l’OLP, à Ramallah.

Tim Sebastian, Deutsche Welle, dimanche 12 février 2017

Alors que s’approche le 50ème anniversaire de l’occupation israélienne, cette année en juin, la paix dans la région semble une perspective de plus en plus lointaine .

Pendant que le nouveau président des USA s’applique à tenir son engagement à mettre « l’Amérique D’abord, » le gouvernement israélien a annoncé ces dernières semaines des projets de milliers de nouveaux logements et d’une nouvelle colonie en Cisjordanie – la première en plus de 20 ans – en s’attirant les critiques de la part de la communauté internationale.

Federica Mogherini, le chef de la politique étrangère de l’UE, a déclaré que les nouveaux logements remettaient directement en question la solution à deux-états, qui risquait de « devenir impossible."

Les condamnations internationales venues de l’étranger ont continué à la suite d’une loi adoptée cette semaine par le parlement israélien pour légaliser les maisons des colons existantes, construites sur des terres de Cisjordanie appartenant à des propriétaires privés palestiniens.

Le procureur général d’Israël lui-même a averti avant que la loi ne soit adoptée, qu’elle était contraire à la constitution et qu’il refuserait de défendre la loi si elle venait devant la justice, tandis que le représentant de l’ONU pour le Moyen-Orient, Nikolay Mladenov, l’a condamnée étant donné qu’elle franchit une « épaisse ligne rouge."

La solution à deux états « dangereusement proche de la fin »

Est-ce que Hanan Ashrawi pense que les chances d’une solution à deux-états appartiennent en fait maintenant au passé ?

« Si c’est terminé, alors il n’y aura aucun espoir de paix pendant très longtemps, » a déclaré Ashrawi.

La solution à deux-états a fait partie pendant des décennies de la perspective de la paix entre les Israéliens et les Palestiniens.

Ashrawi a parlé de la Zone de Conflit : « Il ya des gens qui disent [que la solution à un état est] inévitable … et je pense que nous nous approchons dangereusement près de la fin de la solution à deux-états. Et je ne veux pas voir le dénouement de facto d’une solution à un état parce que cela signifie la perpétuation de l’occupation."

En décembre, dans un discours, le Secrétaire d’Etat des USA sortant, John Kerry, a lancé un avertissement à propos de l’alternative : « Si le choix est celui d’un état, Israël peut être soit juif soit démocratique ; il ne peut pas être les deux, et il ne sera jamais vraiment en paix."

Le déménagement de l’ambassade « provoquera une dynamique entièrement nouvelle "

Avec les changements attendus de la politique de la Maison Blanche, il y a l’hypothèse d’une future rencontre entre le président des USA et le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui devrait avoir lieu à Washington le 15 février.

Washington a jusqu’ici émis des messages contradictoires sur les activités de colonisation et sur le fait de savoir si elle va oui ou non déplacer son ambassade en Israël de Tel Aviv à Jérusalem.

Le statut de Jérusalem est une partie litigieuse du conflit entre les Israéliens et les Palestiniens, les deux parties la revendiquant comme leur capitale dans toute solution future à deux états et comme un endroit d’importance religieuse majeure pour les deux parties.

Si un déménagement de l’ambassade se réalise vraiment, il entraînera « une dynamique entièrement nouvelle dans la région » et provoquera la colère et peut-être des violences en tant que « position extrême et position idéologique, il donnera des arguments au partenaire, » a déclaré Ashrawi.

« J’en appelle à la résistance non-violente "

Dans son discours de décembre, John Kerry a déclaré aussi : « Le Président Obama et moi, avons déclaré clairement à la direction palestinienne à de nombreuses reprises, publiquement et en privé, que toutes les incitations à la violence doivent cesser. Nous avons régulièrement condamné la violence et le terrorisme et même condamné la direction palestinienne pour ne pas les avoir condamnés."

Est-ce que Ashrawi a reconnu que la direction n’en faisait pas assez pour les agressions ?

« Je pense que vous avez toujours entendu les déclarations (officielles) contre la violence. J’en appelle à la résistance non-violente, » a déclaré Ashrawi à Tim Sebastian.

Elle a poursuivi en disant : « Toutes ces déclarations, déclarations officielles, condamnent toutes la violence. Et c’est important, parce que je pense que les Palestiniens ont fait preuve d’une extrême retenue. … Quand ils agissent et quand ils se fâchent, il est alors très facile de cataloguer les Palestiniens et de rejeter sur eux la responsabilité."

Les problèmes de direction ont nui aussi à la capacité du pays de tenir des élections , en raison de la division qui sévit entre Gaza dirigée par le Hamas et l’Autorité Palestinienne en Cisjordanie.

La dernière campagne électorale dans les territoires palestiniens s’est tenue il y a dix ans.

« Nous avons besoin d’élections. Absolument. C’est le seul moyen de revitaliser, de rendre une légitimité à tout notre système politique. Et je ne ferme pas les yeux sur le président ou sur le gouvernement ou sur quiconque qui fait obstacle aux élections, qu’il s’agisse du Hamas ou qu’il s’agisse du Fatah. Nous avons besoin d’élections ; nous devons donner à notre peuple la possibilité de juger leurs propres dirigeants et de changer de dirigeants, » a déclaré Ashrawi.

Traduit de l’anglais par Yves Jardin, membre du GT de l’AFPS sur les prisonniers