Gaza toujours en ébullition

Les tensions se poursuivent au Proche-Orient, deux Palestiniens ont attaqué des Israéliens avec des couteaux. Deux Israéliens ont été tués dont un touché par une balle de la police israélienne qui a abattu les deux agresseurs. Les attaques sont désormais moins régulières à Jérusalem et en Cisjordanie mais Gaza continue de bouillir. Un Palestinien a été tué par l’armée israélienne vendredi dernier 18 décembre au cours d’une manifestation. Un mouvement qui se poursuit.

Nicolas Ropert, RFI, samedi 26 décembre 2015

De notre envoyé spécial à Gaza, Nicolas Ropert

« J’ai participé pour soutenir les familles et les Palestiniens en Cisjordanie », raconte Mahmoud Daher, étudiant au département de français de l’université Al-Aqsa de Gaza. Il s’est joint plusieurs fois au mouvement de protestations du vendredi. Aux pierres, l’armée israélienne n’a pas hésité à répondre par des balles réelles.

« On est allé aux frontières avec Israël, et directement, les Israéliens ont tué les gens. Une personne est morte à côté de moi, directement blessée à la tête. Tout le monde a eu peur, mais c’est notre vie, on a l’habitude », poursuit-il.

L’étudiant de 22 ans confie aussi son envie de changement à Gaza. Directeur du département de Français, Ziad Medoukh n’est pas surpris de la colère de la jeunesse qu’il côtoie : « C’est un soulèvement populaire spontané, déclenché début octobre, il y a trois mois, par une jeunesse palestinienne, la génération Oslo, ces gens qui ont entre 20 et 22 ans, qui espéraient, grâce au processus de paix et au retour de l’Autorité palestinienne, avec les accords de paix signés entre Palestiniens et Israéliens. Le plus terrible pour ces jeunes palestiniens, c’est l’absence de perspectives. »

Depuis mi-octobre, date de la première manifestation à Gaza, 20 Palestiniens ont été tués dans des affrontements avec Israël. Plusieurs centaines d’autres ont été blessés.