Destruction de maisons palestiniennes par Israël : la France s’insurge

Le Quai d’Orsay a dénoncé la destruction par Israël d’installations financées par l’aide humanitaire française dans le village palestinien de Nabi Samuel. Les démolitions de maisons en Cisjordanie occupée ont atteint un record en 2016 : l’Etat hébreu a détruit davantage de maisons depuis le début de l’année que sur l’ensemble de l’année 2015.

Nicolas Ropert, RFI, vendredi 12 août 2016

Un homme devant sa maison détruite par l'armée israélienne à Surda, en Cisjordanie. Début octobre 2015, son fils Muhannad a tué deux Israéliens dans une attaque au couteau avant d'être abattu. RFI/Nicolas Ropert

Paris a vivement condamné ce 11 août la destruction par Israël de structures humanitaires financées par la France. Le 3 août dernier, l’armée israélienne détruisait plusieurs bâtiments et structures agricoles dans le village palestinien de Nabi Samuel, en Cisjordanie occupée. Or, ces constructions avaient pu voir le jour grâce à l’aide humanitaire française.

Le Quai d’Orsay rappelle au passage qu’il s’agit de la troisième fois depuis le début de l’année que l’armée israélienne démolit ou confisque des bâtiments financés par la France. En février dernier notamment, une école avait ainsi été démantelée.

Installations « sans autorisation »

Dans un communiqué, le ministère français des Affaires étrangères ajoute que des projets financés par l’Union européenne ont également été rasés par l’armée israélienne, comme dans le village de Jinba, toujours en Cisjordanie.

Paris observe que le rythme de ces destructions s’accélère, ce que confirme l’ONG israélienne B’Tselem, qui comptabilise 168 bâtiments démolis durant les six premiers mois de l’année 2016, contre 125 pour toute l’année 2015. La France a appelé Israël à mettre un terme à ces destructions « contraires au droit international » et en a profité pour rappeler son attachement à la « solution des deux Etats ».

De leur côté, les autorités israéliennes affirment qu’elles procèdent seulement au démantèlement d’installations construites sans autorisation. Or, l’Etat hébreu n’accorde que très peu de permis de construire dans la zone C, la partie de Cisjordanie qu’il contrôle.