Déclaration au nom de la résistance populaire en Palestine sur l’actuel châtiment collectif de la population palestinienne dans les territoires palestiniens occupés

samedi 21 juin 2014

Depuis qu’Israël a occupé la Palestine, l’état d’Israël a de façon ininterrompue violé les droits des Palestiniens et violé le Droit Humanitaire international, la Déclaration des Droits de l’Homme et les accords d’Oslo. Ces violations répétées et continuelles par l’état israélien ont précédemment conduit à des cycles de violence. Actuellement, nous sommes témoins du déroulement d’un autre cycle de violence, qui continuera à se développer avec de nouvelles aggravations si les communautés locales et internationale n’agissent pas.

Sous le prétexte de rechercher trois colons disparus le jeudi l2 juin 2014, l’armée et les services de renseignements israéliens mènent dans les territoires palestiniens occupés des opérations militaires intensives illégales. En outre, l’état israélien a annoncé que la sécurité des colons israéliens fait partie de la responsabilité de l’Autorité Palestinienne dans les territoires occupés. En réalité, l’armée israélienne utilise le prétexte de la disparition de trois colons israéliens pour justifier une énorme opération de répression collective du peuple palestinien par :

- des opérations de recherche dans la plupart des zones de la Cisjordanie occupée ;
- pendant les recherches, les civils, y compris les femmes et les enfants sont violemment harcelées et les biens personnels des familles sont détruits ;
- la démolition de maisons ;
- l’arrestation de 350 civils palestiniens, parmi lesquels des jeunes de moins de 18 ans, des femmes et des membres du Conseil Législatif Palestinien ;
- des blessures occasionnées à des civils palestiniens causées par des soldats israéliens sans provocation préalable de la part des Palestiniens ;
- des bombardements répétés de la Bande de Gaza ;
- la perpétration du meurtre de trois civils palestiniens : Mustapha Aslan, âgé de 22 ans, a été tué dans le camp de réfugiés de Qualandiya le 20 juin 2014 ; Mohammed Jihad Doudin, âgé de 13ans, a été tué dans sa maison à Doura le 19 juin 2014 ; et Ahmad Arafat Sabarin, âgé de 20 ans, a été tué sur son toit dans le camp de réfugiés de Jalazon le 16 juin 2014.

Jusqu’à présent Israël n’a pas assumé la responsabilité de ces crimes contre les civils, contre des êtres humains. Au lieu de cela, Israël a été élu le 18 juin 2014 à la vice-présidence du Quatrième Comité des Nations Unies, connu aussi comme le Comité sur les questions Politiques Spéciales et la Décolonisation.

A la lumière de ce qui précède, la résistance populaire en Palestine condamne vigoureusement l’opération actuelle de châtiment collectif par l’état israélien et par ses forces militaires contre la population palestinienne des territoires palestiniens occupés.

Nous mettons l’accent sur les points suivants :

- il est du droit des Palestiniens de mener des soulèvements contre les violations de leurs droits et contre l’occupation militaire israélienne de la Cisjordanie en incluant Jérusalem-Est, Gaza et le Plateau syrien du Golan ;
- il ne peut pas être de la responsabilité de la population occupée de protéger l’occupant. Ainsi, il n’est pas de la responsabilité des Palestiniens et de l’Autorité Palestinienne de protéger les habitants des colonies israéliennes illégales en Palestine occupée, ou même de mettre en œuvre une quelconque coopération avec l’occupant en matière de sécurité ;
- en outre, de par le droit israélien, l’AP n’est pas autorisée à envoyer ses forces de sécurité dans les Zones C et B des territoires palestiniens occupés, c’est à dire près de 90 % de la Cisjordanie occupée, ainsi elle ne peut pas, même légalement, être responsable de la sécurité des colons israéliens illégaux ;
- nous estimons que l’opération en cours n’est pas une question de disparition de trois jeunes colons dans les territoires palestiniens occupés. C’est plutôt une excuse pour Israël, utilisée pour mettre en œuvre un ordre du jour en Cisjordanie occupée qui a pour but de menacer la population palestinienne de Cisjordanie et de Gaza, de violer ses droits, d’approfondir la division entre les Palestiniens et de créer de nouveaux faits accomplis sur le terrain afin de justifier l’annexion de davantage de terres et l’expansion des colonies.

En conséquence, la résistance populaire de Palestine occupée appelle :

- les Palestiniens et les internationaux à rejoindre en masse la résistance populaire sur le terrain en Palestine, dans l’intention d’arrêter l’opération en cours, pour mettre fin à la punition collective ;
- la communauté internationale à assumer sa responsabilité de protection des civils et à envoyer des observateurs internationaux afin de protéger la population civile palestinienne ;
- la direction palestinienne à maintenir l’unité entre les Palestiniens pendant et après cette période de punition collective.