Conflit israélo-palestinien : "les États-Unis doivent se conformer aux résolutions de l’ONU"

Majed Bamya, diplomate palestinien, est revenu jeudi sur les revirements de Donald Trump à propos du conflit israélo-palestinien. Il attend des États-Unis qu’ils se conforme aux résolutions de l’ONU.

France info, vendredi 17 février 2017

Le président américain Donald Trump accueillait le premier ministre israëlien Benjamin Netanyahu à la Maison Blanche, le 15 février 2017. (CHERISS MAY / NURPHOTO)

Confusion à la Maison Blanche sur le conflit israélo-palestinien. Mercredi 15 février, le président américain Donald Trump recevait à Washington Benyamin Nétanyahou, le Premier ministre israélien. Il a pris ses distances avec la solution à deux États. Mais 24 heures plus tard, l’ambassadrice des États-Unis annonce que le pays soutient absolument une solution à deux États, tout en envisageant d’autres alternatives.

"Il faut arrêter de croire que les États-Unis vont arriver avec une solution miracle", a dénoncé jeudi 16 février sur franceinfo Majed Bamya, premier conseiller à la mission de l’État de Palestine auprès de l’Onu à New-York. Pour ce défenseur de la cause palestinienne, "l’alternative à la solution de deux États sur les frontières de 1967, c’est l’apartheid", Il faut donc "arrêter de dire que l’on va aller chercher des idées nouvelles".

"Ne pas donner d’ouvertures à Israël"

Pour lui, les États-Unis doivent se conformer aux résolutions de l’ONU. "Ils doivent veiller à faire respecter le droit et ne pas donner des ouvertures à Israël pour justifier sa colonisation et son annexion des terres palestiniennes illégalement". Majed Bamya a assuré qu’il y a "des contacts avec l’administration Trump" mais espère "qu’ils seront d’un peu plus haut niveau bientôt" et "qu’il y aura un respect aussi de la partie palestinienne".

"C’est difficile pour nous d’entendre le Président américain parler à Benyamin Nétanyahou de la liberté et de la dignité et d’être en fait en train de parler d’Israéliens et pas des Palestiniens, ceux qui sont sous occupation", a poursuivi le diplomate. Majed Bamya espère aussi "que les États aussi feront leur part, y compris la France en reconnaissant l’État palestinien".

>>Ecouter l’interview avec Majed Bamya