Bilal Kayed entre dans les 60 jours de grève : il y a un besoin urgent de solidarité internationale

Samidoun, Réseau de Solidarité avec les Prisonniers Palestiniens, mardi 16 août 2016

Bilal Kayed est sur le point d’entamer son 60ème jour de grève de la faim. Alors qu’il entre dans son troisième mois sans nourriture à l’hôpital Barzilai, enchaîné par une main et un pied à un lit d’hôpital et entouré par des gardiens de prison, le dernier outrage de la part de l’occupant israélien a été annoncé : une date d’audience fixée pour son appel, par la Haute Cour israélienne, dans deux mois, alors qu’il subit déjà une grave détérioration de sa santé, avec des douleurs, un état de faiblesse et une jaunisse. Il a été menacé d’un traitement médical forcé, s’il devait de nouveau perdre conscience.

Prisonnier palestinien, Bilal Kayed est détenu sans inculpation, ni jugement. il a achevé, le 13 juin 2016, de purger une peine d’emprisonnement de14,5 années dans les prisons israéliennes. Tandis que sa famille l’attendait sur un checkpoint israélien pour rentrer à la maison dans son village de Asira al-Shamaliya, au lieu de cela il a reçu un ordre de six mois d’emprisonnement sans inculpation ni jugement, indéfiniment renouvelable, sur la base d’un « dossier secret" - et a été jeté en cellule d’isolement, où il a passé les neufs mois précédents. Kayed, qui a été arrêté et emprisonné en 2001 pour sa participation au Front Populaire de Libération de la Palestine, organisation de gauche, et à la résistance palestinienne au cours de la seconde Intifada, a lancé sa grève de la faim le 15 juin.

Depuis ce temps, il n’a absorbé aucune nourriture. Il s’est engagé à continuer sa grève pour la liberté, malgré toutes les conséquences pour lui personnellement. Dans le même temps, à la fois lui et ses 7.000 camarades prisonniers - dont 750 maintenus en détention administrative - ont affirmé que son combat n’est pas un combat individuel. Le cas de Kayed menace de créer un précédent qui affecte tous les prisonniers palestiniens - la menace d’une détention illimitée faisant suite à une peine de prison expirée. C’est aussi une tentative de supprimer toute contestation et organisation dans les prisons israéliennes ; Kayed a été dirigeant élu des prisonniers qui a établi une coordination entre les factions palestiniennes pour organiser la grève de la faim et d’autres actions des prisonniers.

Plus de 100 camarades de Kayed, membres du FPLP et des centaines supplémentaires d’autres prisonniers se sont joints aux grèves de la faim et aux protestations collectives pour sa libération, dont Ahmad Sa’adat, Secrétaire Général du FPLP. Le Mouvement des Prisonniers Palestiniens a publié un communiqué commun mettant l’accent sur l’importance de sa grève. Plus de 150 organisations palestiniennes et internationales ont signé un appel demandant sa libération. Et dans les rues de Palestine et au niveau international, la voix du peuple s’élève : des villes, des villages et des camps de réfugiés de Palestine occupée, dans toute les régions, à Haïfa, à Asqelan, à Umm al-Fahm, à Naplouse, à Dheisheh, à Bethléem, au Camp d’Aïda, au Camp de Qalandiya, à Jérusalem, à Ramallah, à Jénine, à Tulkarem, à Qalqilya, à Gaza, à Khan Younis, et à beaucoup d’autres encore ; et des cités et des villes dans le monde, à New York, à Vancouver, à Montréal, à Johannesburg, à Belfast, à Dublin, à Beyrouth, au Caire, à Rabat, à Bruxelles, à Berlin, à Amsterdam, à Paris, à Toulouse, à la Haye, à Göteborg, a Montréal, à Vienne, à Copenhague, à Malmö, à Caracas, à Sao Paulo, à Naples, à Sydney, à Milan, à Londres, à Manchester et à beaucoup d’autres encore ; la demande s’accroît de la libération de Bilal Kayed et de ses compagnons prisonniers palestiniens.

Le Comité National du Boycott a lancé un appel à augmenter et à intensifier le boycott de G4S ; alors que Bilal Kayed entre dans les 60 jours de grève de la faim, c’est le moment d’amplifier le boycott à l’encontre d’Israël et la campagne contre G4S. A New York, les manifestants se rassembleront pour une marche d’un bureau à l’autre de G4S, le vendredi 12 août alors que Bilal Kayed entre dans son 60ème jour de grève de la faim. La campagne croissante contre G4S intervient juste au moment où le Mouvement pour la Vie des Noirs a exhorté tout le monde, dans sa plate-forme historique, à "organiser des campagnes contre G4S et contre d’autres sociétés pénitentiaires privées dans le monde, qui tirent profit de l’enchaînement de notre communauté aux USA, en Palestine, au Brésil et dans le monde."

Au Liban, le Parti Communiste Libanais marchera vers les frontières de la Palestine pour les prisonniers en grève de la faim. A la prison de Lannemezan, Georges Abdallah refuse les repas après 32 années passées dans les prisons françaises. En Irlande, le pays de tant de prisonniers anti-colonialistes et d’une solide tradition de grèves de la faim, les protestations se multiplient à la journée, dont celle d’aujourd’hui des prisonniers républicains irlandais. A Dublin, à Copenhague, à Sydney, à Derry, à Vienne, à Berlin, à NewYork et en Palestine occupée, les gens se préparent à descendre dans les rues en faveur de la liberté.

Dans le même temps, les voix des responsables dans le monde se taisent : de celles des importantes organisations de défense des droits de l’homme à celles des gouvernements et des organismes de l’ONU. En ce moment urgent, nous appelons toutes les personnes de conscience, les associations de solidarité avec les Palestiniens et la Palestine, et les organisations pour la justice sociale à renforcer la lutte pour la libération de Bilal Kayed. La fixation d’une date d’audience dans deux mois est une déclaration manifeste de la volonté israélienne d’assassiner Bilal Kayed et d’étouffer le mouvement des prisonniers. Alors que Bilal Kayed entame son 60ème jour de grève de la faim, faisons de la période du 12 août au 20 août des journées d’action pour la libération de Bilal et la libération de la Palestine !

Nous exhortons tous ceux qui soutiennent, au niveau international, les prisonniers palestiniens, les Palestiniens et leur lutte pour la justice et la libération, à accentuer leurs protestations, leur organisation et leur lutte pour la liberté, à faire face à ces menaces sur la vie de Bilal Kayed et à soutenir sa lutte urgente pour la liberté.

**

S’il vous plaît, utilisez le formulaire, envoyez un mail à samidoun@samidoun.net ou un message à Samidoun sur Facebook au sujet des initiatives des 20 au 27 août, y compris les initiative en cours, les manifestations, les distributions de tracts ou les stands comprenant des matériels sur Bilal Kayed et la détention administrative.

Téléchargez des panneaux ou des écrits en cliquant sur ce lien : Libérez Bilal Kayed ! Ressources et Matériel pour la Journée Internationale d’Action

samidoun / 11 août 2016 à 22 h 43 /

Traduit de l’anglais par Yves Jardin, membre du GT de l’AFPS sur les prisonniers