Ban Ki-moon déplore la poursuite de l’impasse et les récentes violences

Centre d’actualités de l’ONU, mardi 24 novembre 2015

Des Palestiniens en Cisjordanie à côté de la barrière. Photo : UNRWA/Isabel de la Cruz

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a déploré lundi que le conflit israélo-palestinien ne soit toujours pas résolu et que « un an après les derniers affrontements ruineux à Gaza, la sécurité et l’espoir à Gaza et en Cisjordanie occupée, y compris à Jérusalem-est, demeurent à un niveau très bas ».

« Nous continuons d’assister à des activités de colonisation illégales et à des violences qui y sont liées », a dit M. Ban dans une déclaration lue en son nom par le Vice-Secrétaire général, Jan Eliasson, à l’occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien.

« Les démolitions de structures appartenant à des Palestiniens se sont poursuivies, y compris des démolitions punitives. De telles politiques et de tels actes sont en contradiction directe avec l’intention affirmée par le gouvernement israélien de rechercher une solution à deux Etats », a-t-il ajouté.

M. Ban s’est félicité « des assurances formulées à plusieurs reprises par le Premier ministre (israélien) Benjamin Netanyahu qu’il n’avait aucune intention de changer le statu quo ». Mais, a-t-il dit, « cet engagement doit s’accompagner d’actes visant à désamorcer la situation et à restaurer la confiance ».

Le Secrétaire général a « condamné » l’actuelle vague de violence qui « cause des souffrances immenses parmi les Israéliens et les Palestiniens » et estimé crucial que les dirigeants des deux côtés « jouent un rôle constructif en vue de résoudre le conflit ». « Les deux côtés, a-t-il dit, doivent rejeter les déclarations publiques incendiaires qui ne font qu’aggraver une situation déjà tendue et instable ».

Estimant que « l’absence d’horizon politique pour parvenir à une solution à deux Etats accroît gravement le risque que la situation devienne ingérable », M. Ban a appelé la communauté internationale à « jouer un plus grand rôle afin de sortir de l’impasse ». Il a invité le Quartette pour le Proche-Orient à poursuivre ses efforts afin de préserver la viabilité d’un Etat palestinien et de créer les conditions d’une reprise de négociations sérieuses ».